Les copains d'abord Index du Forum Les copains d'abord
Brel, Brassens, Ferré et tous les autres......
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Michel Sardou de 1947 à nos jours

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les copains d'abord Index du Forum >>> Génération 70 >>> Les grands noms des années 70 >>> SARDOU Michel
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:30 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1947:
26 janvier 1947 à 14h Naissance de Michel, fils de Jacqueline Labbé (Jacky Rollin de son nom de scène) et de Fernand Sardou, dans une clinique du 17e arrondissement.
C'est un Verseau ascendant Cancer. La maman va bien, le bébé est beau, le papa est fier ! Fou de joie. Plus que ça : il n'en revient pas “Un enfant ... à nous! C'est un garçon. Evidemment. C'était convenu entre le ciel et nous. L'idée que nous aurions pu avoir une fille ne nous a même pas effleurés...”. Michel a bien failli naître sur scène, tout comme son père. Pendant une représentation théâtrale à Bobino avec son mari, appelée “On a volé un étoile”. Une chance pour la maman, le rideau venait juste de se refermer !!! La famille habite 16 bis rue Caulaincourt, dans le dix-huitième arrondissement de Paris. Michel est un enfant de la balle: il suit ses parents en tournée et grandit dans les coulisses de théâtres et de music-halls.
A l'âge de deux ans, il se retrouve propulsé sur scène l'espace d'un soir par le comique Roger Nicolas qui joue à l'époque 'Baratin' à l'Européen (Place Clichy), aux côtés de Jackie Rollin. Avec son père, Michel hante la Place Pigalle, la Place Clichy et les cinémas du dix-huitième arrondissement. Son film favori: “Blanche neige”.
Michel suit partout ses chers parents à travers l'hexagone. S'il ne sait pas encore lire, il connaît comme sa poche la gare de Carpentras et la salle du terminus de Brest. Pendant les jours de relâche, les Sardou regagnent Paris. Néanmoins la bougeotte du couple continue. Jackie, toujours insatisfaite du logement qu'elle occupe, profite de l'occasion pour déménager. Prétextant une cuisine trop sombre ou bien un escalier exigu, elle cherche ailleurs un foyer plus conforme à sa représentation. Les valises ressortent des armoires et ce “caprice” les conduit tour à tour, de la rue Caulaincourt, à la rue Fontaine, la butte Montmartre, la banlieue de Montesson, le midi, Montmartre une seconde fois, rue Pierre-Harret...Ce changement permanent, Michel a de qui tenir !!! Mais visiblement Michel est un gosse heureux. Avec son petit camarade Eric Ulmer, Michel ne compte plus les plaisanteries. Moultes fois ils se sont amusés à sonner aux portes d'un immeuble du 17ème arrondissement de Paris, avant de s'enfuir en toutes jambes en pouffant de rire.
1953 : Jackie et Fernand doivent partir pour une longue tournée en Amérique. Mais comment faire avec le petit garçon ? Il vient tout juste d'avoir 6 ans.Heureusement ils connaissent une personne en qui ils ont une confiance absolue.
C'est Marie-Jeanne, qui a d'abord été concierge de l'immeuble parisien des Sardou, puis l' habilleuse de Jackie pendant 25 ans. Inutile de dire qu'au fil des ans, elle a fini par faire pratiquement partie de la famille ! Or, Marie-Jeanne venait de prendre sa retraite à Koeur-la-Petite dans la Meuse. Voilà pourquoi le 24 février 1953, en pleine année scolaire, le petit s'est retrouvé habiter dans la Meuse. Là-bas, tous ceux qui l'ont connu se souviennent encore du” petit Parisien”, comme ils le surnommaient. Marie-Jeanne Rousselet, couturière de métier, mais habitant tout près de la voie ferrée, donnait de temps en temps un coup de main au garde-barrière. Elle est devenue la mère adoptive de Michel, et elle l'a aimé avec tout l'amour d'une mère ! Michel s'en souvient très bien, et en 1997 il lui dédit une chanson : “Marie, ma belle”. “Marie, une petite femme de rien du tout, qui m'appelait “son coeur”, et portait mon bonheur autour du coup. Marie ma belle, tu es au ciel et moi dessus... Une femme toute seule et un enfant, personne ne nous parlait...Marie, une femme sans importance, qui m'a appris l'amour et donné pour toujours ma différence“
1957 : Trop éloignés de Paris pour leur métier, les parents de Michel vendent la maison de Montesson et s'installent à nouveau à Montmartre. Et comme ils ne peuvent plus s'occuper de Michel, ils se résignent à le mettre en pension. Michel découvre donc les joies du pensionnat ! Michel est malheureux, Fernand encore plus. Au bout de quelques mois Jackie cède : le “petit” est enlevé du pensionnat et mis à l'école communale de la rue de Bruxelles. Pour Michel c'est à nouveau l'âge d'or. Il a retrouvé Paris, ses parents et Bagatelle, sa grand mère adorée. Michel traine dans les rues du quartier. Bandeau et plumes dans les cheveux, il est le chef des Indiens de la Butte. Quartier général : le square Vintimille. Objectif : raid sur la Trinité pour repousser ceux “de la Plaine”.
Inquiétés par la violence des affrontements entre bandes, les parents de Michel l'inscrivent à Montcel, un pensionnat “tenu par des Suisses” situé à Jouy-en-Josas dans les Yvelines. Michel serra les poings. En week-end, en vacances, le jeune pensionnaire hante à nouveau les coulisses des théâtres où se produisent ses parents
1960 : Le père de Michel ouvre le cabaret “Chez Fernand Sardou”.Dans les coulisses de l'ABC, un music-hall aujourd'hui disparu, Michel rencontre Pierre Billon, le fils de Patachou, laquelle était la vedette d'une comédie musicale où jouaient également Fernand et Jackie Sardou. Michel et Pierre deviennent inséparables, deux frères. C'est le début d'une longue amitié. Plus tard, avant que la vie n'ait raison de leur amitié, ils se feront tatouer le même aigle sur le bras.
1963 : Michel passe l'été en Camargue auprès de son père sur le tournage de « D'où viens-tu Johnny », le premier film dont Johnny Hallyday est la vedette, sous la direction de l'Américain Noël Howard. Michel est fou de bonheur. Il passe l'été de ses 15 ans auprès d'un jeune dieu vivant. Cet été-là Michel écrit sa première chanson pour Johnny « Le dernier métro ». Evidemment Johnny ne la chantera jamais, mais il lui donne sa chemise. Et aux dires de Michel cette chemise il l'a toujours.Dans la même année , il apparaît dans « Le lit à deux places » (dans le rôle de télégraphiste) un film avec Sylvia Koscina.
C'est le retour au pensionnat à la rentrée. Mais un film de Jean-Paul Belmondo « L'Homme de Rio » va bouleverser sa vie. Une idée lui traverse l'esprit en long et en large : « si j'allais à Rio, ville fascinante où tout est possible ? » Avec un copain, dont le père était assez riche, il cambriole un soir le coffre des parents du copain, de quoi payer le voyage ! Mais ils sont assez chics pour laisser un billet dans le coffre disant qu'ils allaient tout rembourser!! Avec l'argent en poche ils débarquent à Orly pour acheter les billets pour Rio. Ils veulent se rendre au Brésil « pour y monter une boîte de strip-tease ». L'employé leur demande de bien vouloir patienter un peu. Le temps qu'il faut en fait pour appeler la police et avertir les parents. Et c'est ainsi qu'un soir, le directeur de l'école téléphone Fernand à son cabaret : "Michel à fait le mur avec un camarade et se trouve à Orly!!!". Fernand récupère son fils à Orly! Michel lui fait part de son refus de regagner le pensionnat.«Je veux travailler» décrète-t-il. Le lendemain Fernand cède:«Tu veux faire l'andouille et bien tu le feras pour de bon»!
1964 :
Michel devient serveur-artiste dans le cabaret de son père. Entre deux services, il monte sur scène pour interpréter une parodie de « Pour moi la vie va commencer », le succès de Johnny Hallyday. Le jeune Sardou s'en tire fort bien. Bientôt Fernand lui écrit des sketches.Michel chante dans le cabaret de son père et dans divers autres cabarets de la Butte Montmartre (Le Tire-Bouchon, Chez Patachou, Chez ma cousine...).
  [ url=http://fandechansonfrancaise.xooit.com/image/27/a/2/d/adol-172d203.jpg.htm]
[/url] 1965 : Fernand Sardou joue au Châtelet dans l'opérette à succès « L'Auberge du cheval blanc » . Michel y vient souvent.Michel fait la connaissance au Châtelet d'une charmante petite danseuse : Françoise Pettre. Ils se marient à l'église Saint-Pierre de Montmartre. La réception a lieu dans le cabaret de ses parents, « Chez Fernand Sardou».Il s'y presse un monde hétéroclite : mi-bohème (les copains de Montmartre) , mi-"bon genre" (la famille de Françoise).Lâché par son associé, Fernand Sardou sera contraint de fermer son cabaret peu de temps après.Le jeune couple s'installe dans une chambre de bonne. Dans la journée Michel prend des cours de théâtre. Il est inscrit chez Raymond Girard, un des meilleurs professeurs de Paris, mais aussi chez Yves Furet, où il étudie essentiellement des pièces comiques le soir. Il chante dans divers cabarets sur la rive gauche. Il court le cachet pour cinquante francs la soirée. Au cours de théâtre il rencontre Michel Fugain, avec qui il écrit quelques-unes de ses premières chansons, ainsi naît « Les Arlequins ». Un bide superbe. Michel en bave sérieusement à l'époque pour gagner sa vie.
Michel, Patrick Dewaere et Michel Fugain font de la figuration dans le film « Paris brûle-t-il? » ils jouent trois étudiants qui tombent sous les balles nazis. La scène sera coupée au montage.Il a fait tous les cabarets de Montmartre sans jamais sortir gagnant. Il s'essaye à la sauce Aznavour, mais cela ne prend pas. Puis se lance dans le rock, très en vogue en France, chante Brel, c'est encore l'échec de la tentative.En fin de compte Sardou entre chez Barclay: il décroche un contrat.Il enregistre un premier 45 tours à la fin de l'année, c'est un 45 tours 4 titres dont les paroles sont de Michel et la musique de Fugain : L'Arlequin, Je n'ai jamais su dire, Il pleut sur ma Vie et « Le Madras » écrit et composé par Patrice Laffont . Ce 45 tours n'est pas fameux et passe inaperçu.Malgré l'insuccès de ce premier 45 tours, Michel est engagé à Bobino, en lever de rideau de François Deguelt. Il chante 4 ou 5 chansons, dont le « Madras » et l'accueil est plutôt bon. Mais Michel a oublié l'armée, mais l'armée, elle, n'a pas oublié Michel, et le retrouve à Bobino, grâce aux affiches annonçant son passage. La mort dans l'âme l'artiste part faire ces classes à Montléry. Comme il est marié, il obtient vite l'autorisation de rentrer chez lui presque tous les soirs.
Malgré l'insuccès de ce premier 45 tours, Michel est engagé à Bobino, en lever de rideau de François Deguelt. Il chante 4 ou 5 chansons, dont le « Madras » et l'accueil est plutôt bon. Mais Michel a oublié l'armée, mais l'armée, elle, n'a pas oublié Michel, et le retrouve à Bobino, grâce aux affiches annonçant son passage. La mort dans l'âme l'artiste part faire ces classes à Montléry. Comme il est marié, il obtient vite l'autorisation de rentrer chez lui presque tous les soirs.


1966 : Une pause apparaît dans sa période militaire. Un jour il reçoit un télégramme de Paris, en bas du message la signature d'Eddy Barclay, qui lui annonce qu'il est sélectionné pour participer à « La Rose d'or d'Antibes ».
Michel débarque à Antibes, les cheveux ras, le visage blème marqué par des mois de répugnance extrême de l'armée, avec ce titre « Le Visage de l'année ». Une chanson à l'antipode du visage pâle de son interprète. A la place des applaudissement il est sifflé assez durement par le public, préférant Michel Polnareff qui ravit la Rose d'or. Michel est visiblement déçu mais admet que sa chanson n'est pas une perle. « Ma chanson est si plate » dit-il. Le service militaire accompli, Michel souhaite l'oublier rapidement.
Fin 66 : 
Michel sort un second 45 T (Les filles d'aujourd'hui – Les Beatnick – Dis-moi Marie – Si je parle beaucoup),Fugain est parti vivre son propre destin et Jacques Revaux est arrivé. Cependant dans un premier temps les résultats ne sont guère plus brillants. Jacques Revaux : encore un ami de jeunesse, un ami de la Butte, le fils du boucher de la rue des Abbesses où Michel allait acheter de la viande pour son berger allemand. Le troisième 45 T, « Le Visage de l'année », n'aura pas plus de succès que les précédents (autres titres sur ce single : Raconte une histoire – Mods et Rocker- Les 200 jours). Toujours en 1966, un quatrième 45 T sort chez Barclay. Cette fois-ci il y a un titre désormais mythique, que Michel tint à ré-enregistrer en 1989, « Les Ricains ». La chanson nettement provoc en 1966, il est vrai, fut boycottée par la gauche et par la droite. Seul Sardou était capable de cet exploit ! Sur le même 45T il y a «Les Moutons – Merci Seigneur – Le Train de la dernière chance». Les Ricains sort au moment que la France se retire de l'OTAN et où De Gaulle liquide les dernières bases américaines. Quoiqu'il en soit, officiellement « déconseillée » en radio, la chanson n'obtient qu'un succès relatif. Si le disque passe bien, le message passe mal. Après ce bref orage, c'est à nouveau le calme plat. Ca traîne, ça n'accroche pas. Pour réussir il faut se ramasser au début. Un premier disque qui marche bien est souvent un risque pour l'avenir. Le plus dur reste à faire : se faire connaître !


1967/1968 : Michel va alors s'employer de longues journées à étudier les « ficelles» du métier. 3 à 4 h par jour de cours de chant, à perfectionner la mise en scène.Michel est resté 3 ans chez Barclay. Barclay n'a jamais compris Michel Sardou. « Evidemment mes disques n'étaient pas bons, ça démarrait lentement... Mais enfin c'était son métier, il aurait dû se dire qu'il y avait peut-être des chansons intéressantes, des textes. Il faut être patient quelquefois »
Michel a enregistré 7 microsillons chez Barclay, soit 28 titres. Début 1967, un cinquième 45 T est mis sur le marché, signé Sardou et Revaux : « Petit (la chanson préférée de Jackie) – Tu as changé – 100.000 Universités –Les Fougères » Les deux dernières ne méritent pas une attention particulière. Par contre ce qui eût mérité une attention toute particulière en revanche, c'était le sixième 45 T. Nous sommes en 1967 : il s'agit de la chanson « Si j'avais un Frère au Viëtnam », avec une musique de Jacques Revaux tout comme celle de « Je ne t'ai pas trompée ». Sur le même disque on trouve encore « God Save » et puis « Madame Je », attachante chanson. Le septième que Michel enregistre chez Barclay aurait dû attirer l'attention de Barclay. 4 Titres « Les Dessins – Folksong Melody – Le centre du Monde (que Michel reprendra dans son album Sardou 1966) – Nous n'aurons pas d'enfant ». Comment est-il possible que cette fois Barclay n'ait pas compris ? "Nous n'aurons pas d'enfant" passe sur toutes les ondes, fût n° 1 au hit-parade en Belgique, mais « l'intendance » ne suivit pas, le disque fût mal distribué. Cette fois il fallait rompre. Lassé de travailler avec des gens qui ne croyaient pas en lui, Fernand Sardou raconte: «Michel fit une crise et annonça au Napoléon du disque qu'il le quittait. On lui lance « qu'il n'était qu'un petit con.... Et qu'il ne ferait jamais rien dans la chanson» Jacques Revaux:Compositeur et ami de Sardou depuis 1965, sous contrat avec une filiale des Editions Barclay, délaisse également avec Régis Talar, un dirigeant de celui-ci. Jacques Revaux, né en 1940, est sensibilisé très jeune par la musique. Après avoir reçu un enseignement de musique classique, il se tourne vers le Conservatoire de Paris. Parmi les quelques hautes pointures, il en est un qui interprète une chanson de Revaux : Frank Sinatra avec « My Way » (Comme d'habitude). Ce titre divulgue au monde entier le nom de Revaux. Fort de sa performance, il s'attache dorénavant à assister quelqu'un en qui il croit:Michel Sardou! Revaux, c'est le contact carré, le cigare et la passion des chiffres. Talar, le regard, un charme discret et la passion du foot. Revaux et Talar : inséparables. Ils se veulent, professionnellement, parfaitement interchangeables. Et ils sont totalement différents. Quand il se rencontrent en octobre 1962, Régis Talar travaille depuis un an chez Philips. Il a 22 ans. Ils ne le savent pas encore mais pour eux « c'est à la vie à la mort ». Rien d'étonnant donc, si en quittant Philips pour Barclay en 1963, Talar y entraîne Revaux, et si en 1969, quand Michel est viré de chez Barclay, ils décident de s'en occuper ensemble. «On a cassé la tirelire, on a fait signer à Michel un contrat de 10 ans et on a enregistré un disque».
1969 : Jacques Revaux et Régis Talar créent le label « Trema », distribué par Philips, qui produira désormais les disques de Michel. José Arthur prétend que « derrière chaque artiste se cache un Marouani ». Régis Talar appartient au clan. A ce trust sans lequel,probablement, le métier ne serait pas tout à fait ce qu'il est. Régis est un Marouani.
Tréma, une affaire vraiment née de l'amitié : « c'est pour Michel qu'on l'a montée ».Les deux jeunes PDG partis de l'édition, et qui gravent aujourd'hui leur propre sillon, tiennent à ce que les choses soient bien claires. Talar précise:« Il y a Tréma et il y a Sardou». Et Revaux ajoute aussitôt:«Mais il y a eu Tréma, parce qu'il y a eu Sardou».Michel Sardou a donc l'honneur d'inaugurer cette jeune maison en tant que premier artiste. «C'est notre artiste. C'est plus que NOTRE artiste c'est sa maison, en fait. Mais juridiquement il n'a rien à voir dans la société. Juridiquement, c'est un chanteur comme un autre».
Affaire d'amitié et staff très familier, installés, bureaux et studios, près des Champs Elysées. Mme Revaux, mère de Jacques, secrétaire générale de direction, est un peu l'ange gardien de la maison : tout passe par ses mains. Alain Revaux, le frère est directeur financier. Vic Talar manager. « Une maison très particulière où les greffes sont très difficiles » Et où on réussit – c'est rare – à conjuguer les rapports affectifs et la rigueur professionnelle. C'est dans ce souci qu'ils ont engagé, pour compléter leur équipe, plusieurs ex-chanteurs : Bourtayre, Gérard Melet ou Pierre Billon.... «Il faut avoir été au charbon pour savoir ce qu'il y a à faire».
Rapidement un 45 Tours suit, livrant 2 titres : « America America » et « Monsieur le Président de France ». Michel Sardou s'entoure de nouveaux collaborateurs pour lui écrire des chansons : Pierre Billon et Vline Buggy feront accoucher : « J'habite en France » et « Mourir de Plaisir » qui obtient un succès d'estime. 30.000 exemplaires vendus.

1970 : 15 janvier, c'est la naissance de Sandrine, premier enfant de Michel et de Françoise.
Du 4 au 22 février: Premier Olympia en lever de rideau d'Enrico Marcias. Bruno Coquatrix, directeur de l'Olympia propose à Michel un contrat à signer : un second passage dans la même année. Sous l'influence de la parolière Vline Buggy, Michel Sardou enregistre le 45 T « Les Bals Populaires ». Le titre obtient le grand prix de la SACEM et offre à son interprète un premier disque d'or et l'attribution du grand prix de la société des auteurs-compositeurs, éditeurs et, un peu plus tard, Valéry Giscard d'Estaing lui remet le grand prix de l'académie Charles-Gros pour « J'habite en France » qui franchit également la barre des 500.000 exemplaires vendus. Les Français se sont enfiévrés véritablement avec « J'habite en France » qui touche directement leur amour patriotique.
Michel part en tournée en première partie d'Alain Barrière. 1970 est prolifique pour Sardou. Il fait la une des magazines de jeunes. Il est même allé aux USA avec Jean-Marie Périer pour le magazine «Salut les Copains».
Quel plaisir d'être enfin récompensé pour son travail ! Le nom de Sardou commence à grandir dans le monde artistique. Bien épaulé par Jacques Revaux et Vline Buggy, l'artiste a tous les atouts pour conduire sa carrière dans la durée. Ses fréquentes apparitions sur les ondes radio ou à la télévision contribuent à le faire connaître un peu plus largement au public. Puis Michel a une voix ! Il sait la percher très haut pour donner un agréable relief à ses chansons. C'est aussi quelqu'un qui intrigue par sa mine dure « Je suis un protestataire, un gamin de Paris ». Un portrait qui ressemble superbement à celui de la plus d'entre nous ? Ne dit-on pas que le Français est râleur!
Financièrement aussi tout va bien pour Michel. Pour assouvir son grand appétit pour les belles choses, Michel laisse volontiers son deux pièces dans le 18ème arrondissement à Paris et s'établit à Neuilly, dans un appartement éclatant. Fanatique de cinéma il craque devant une belle caméra 16 mm et, à court à terme, il rêve de posséder une salle de projection. A ce rythme, l'appartement de Neuilly est vite saturé. Scrutant tous les coins de Paris, il parvient à se trouver une résidence somptueuse à Reuil, au milieu des bois de Saint-Cucufa : une propriété de 3 ha. Et pas n'importe laquelle, le Pavillon de chasse de Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon. Un choix guidé par l'entichement que Michel porte à l'empereur. Sa nouvelle demeure est toute proche des studios d'enregistrement. Pour se faire une idée, visitons ce lieu plaisant :
La particularité de cette demeure c'est qu'elle est composée de trois maisons judicieusement bien séparées. L'ensemble est protégé par un grand mur. Un escalier ancré sur de gros rondins dehors mène à l'intérieur. Un décor complètement moderne, style « An 2000 » : piano électrique, magnétoscopes multiples, chaîne hi-fi de haute performance, moquette couleur charbon. Le plus marquant ce sont encore les tableaux au portrait de Napoléon. Ils sont partout suspendus aux murs, posés sur les meubles.L'Empereur a une place aussi sacrée que les membres de la famille Sardou!
Au rez-de-chaussée une immense salle à manger avec cuisine. Dans le pavillon juxtaposé on peut voir une superbe salle de bain, juste à côté la bibliothèque, remplie de volumes sur Napoléon, mais aussi des ouvrages sur Apolinaire, Maupassant, Gustave Flaubert... Sur un placard télévision et magnétoscope. Le troisième bâtiment retiré du foyer comprend de nombreuses distractions : billlard, jeux de société,salle de projections,etc... Dans cette coquette demeure enfoncée au coeur des bois de Saint-Cucufa Michel et sa femme Françoise et leur fille Sandrine vivent paisiblement. 12 au 25 octobre 1970: Second passage à l'Olympia, en vedette américaine de Jacques Martin. Trente minutes sur scène. On découvre Les Bals populaires et Mourir de Plaisir. C'est la consécration. Bruno Coquatrix propose à Michel un passage en vedette.
  du 3 au 21 novembre 1971 :


du 3 au 21 novembre 1971 : Premier passage en vedette à l'Olympia. En première partie des attractions et les Frères ennemis.
«J'ai voulu ce récital comme un couple qui désire un enfant»,dit-il.
Michel présente «Le rire du Sergent» et «J'habite en France». Un grand succès. Michel est bon. Les gestes sont sûrs pendant les interprétations. La musique juste. Le public passe deux heures inoubliables de joie, de sensations, de surprises. Le soir de la dernière, une ovation de 12 minutes, chronométrée par Bruno Coquatrix ! ! On n'avait pas fait mieux depuis Edith Piaf.
Le passage scénique reçoit un écho important dans la presse. Il est souvent décrit pour quelqu'un d'engagé, le réactionnaire parfait. Sardou conteste ses dires :
«Je ne suis pas foncièrement un homme de révolte. Je chante les choses de la vie, faites de violence, d'amour, de soucis. Nous vivons dans une période d'agressions».
Discographie 1971: Sortie d'un premier 33T enregistré en public et intitulé «Olympia 1971».
Single: «Je t'aime, Je t'aime» – «La Corrida n'aura pas lieu»
Single: «Le Rire du Sergent» – «Vive la Mariée»
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Dernière édition par l'anatole le Mar 5 Jan - 19:58 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:30 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:37 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1972 : Après six 45T et deux albums (dont un enregistrement public), Jacques Revaux, Régis Talar et Michel décident de quitter Philips et de voler de leurs propres ailes, suivant la vieille habitude de Michel. C'est la fondation de Tréma (Talar Revaux Editions Musicales Artistiques).
En mai : émission télé « Cadet Rousselle » présentée par Guy Lux, 2ème chaîne. Le 6 juin, « A bout portant », 1ère chaîne.
1972 : c'est l'année des tournées Sardou à travers la France. C'est d'un rythme enlevé que Michel conduit cette longue tournée qui chaque jour découvre une ville différente. Perfectionniste il fait un tabac. Cette tournée est l'occasion de roder son futur spectacle de l'Olympia, mais aussi une manière d'apprécier les réactions du public. Michel fête son anniversaire sur la scène de l'Olympia.
Discographie 1972:
Single: «Avec L'Amour» –« Bonsoir Clara»
Single: «La Chanson d'adieu» – «Le Surveillant Général»
Single: «Un Enfant» – «Les Gens du Showbusiness»
Single: «Le Fils de Ferdinand» – «Un Enfant»
Premier 33T avec sur la couverture la photo de l'affiche de l'Olympia
Michel a 25 ans , il est riche et célèbre. Fin 1972 raconte Franck Lipsik, il a vendu plus de 4 millions de disques, parcouru cinq cent millions de kilomètres sur les routes, chanté plus de 50 fois devant environ 1 million de spectateurs. Pendant son temps libre il se passionne beaucoup pour la moto et le cheval. C'est Michel Delpech qui lui a donné le goût des chevaux, quant à la moto c'est Johnny.


Michel crée au sein de Tréma son propre label de production «Eagle Records»
Michel installe ses bureaux rue Violet à Paris, et nomme un directeur pour cette nouvelle société. Il investit son argent personnel tant dans la production que dans la promotion, s'occupe selon son emploi du temps des séances d'enregistrements de ses poulains. Il les parraine au cours des émissions télé auxquelles il participe, mais rien de vraiment positif ne se produit. C'est le moins que l'on puisse dire, aucun de ses poulains ne fera l'affaire et c'est bientôt l'échec. Ils avaient mis le mauvais pied dans l'engrenage du Show- business.
Du 16 janvier au 4 février 1973: Premier « one-man show » à l'Olympia. Seul sur scène pendant 2 h avec 30 chansons. Une chanson fleuve « Danton » et une affiche de condamné, qui fait scandale. Michel donne tout de même quelques explications aux journalistes sur les raisons de cette représentation très surprenante :
«J'ai choisi cette affiche parce qu'elle choque. Elle remplit parfaitement le rôle qui est d'attirer l'oeil. D'autre part j'ai décidé d'annoncer la couleur et quant à mon âge,25 ans,on s'offre un récital sur la plus grande scène parisienne, on s'expose forcément aux balles des fusils».
«Avec ce one-man show je prends un risque énorme » déclare Michel à Claude Mazeran du Journal du Dimanche. « Si ça marche c'est formidable, je passe à la catégorie supérieure. Mais si je me casse la figure, ça va être dur de remonter la pente : je ne me vois pas revenir l'an prochain à l'Olympia en seconde partie».
Le chanteur accompagné de 11 musiciens et de 9 choristes, habite toute la scène. Le public est complètement séduit. La salle s'enflamme dès les premiers accords. Toutes les nuits 1500 spectateurs sont épatés par tant de magnificence, les décors sont somptueux pour servir Michel. Qualité, punch, les chansons sont vivantes, pour bien remplir leur rôle et séduire. Les mots sont bien choisis pour sonner juste et l'interprète a su progresser depuis qu'il chemine la scène. Il a appris le métier avec sérieux et il en tire de la reconnaissance. Il le mérite. Spontanément le public chante avec lui. L'Olympia de Michel Sardou arrive à son terme au bout de 15 jours. Chacun reste sur un souvenir impérissable et pour prolonger ses moments superbes, le public se rabat volontiers sur ses singles.
Il est parvenu en quelques années à une grande notoriété. Une réussite modèle qui a grandi au cours d'un travail constant. La voix s'est bonifiée depuis le premier tube «Les Bals Populaires». Le phrasé connaît également un progrès indéniable
Durant l'Olympia Michel fête ses 26 ans, derrière le lourd rideau rouge, dans les coulisses. Il souffle les bougies d'un gâteau géant de trois étages entouré de 45 tours...
Après l'Olympia la composition est à l'ordre du jour.
Discographie de 1973:
Mai 1973:
Single: «La Maladie d'amour» et «Le Curé». La Maladie d'amour reste 10 semaine n°1 au hit-parade de RTL.
Un second single de «La Maladie d'amour» apparaît avec sur la face B «Les vieux mariés»
Single: «Les Vieux Mariés» et «Zombi Dupont»

Mai 1973:
Emission télévisée: «Top à Michel Sardou» de Guy Lux,avec comme invités: Johnny Hallyday,Mireille Mathieu,Michel Mallony,Pierre Billon et surtout Fernand Sardou. Avec Johnny il chante en duo «Le rire du Sergent».
Après ce joli coup Michel quitte l'hexagone en juin et pose ses valises sur les îles .
Il chante à l' île de la Réunion,l' île Maurice,l'océan Indien avec à chaque fois des milliers de personnes à ses pieds.
1973 marque aussi la création du Club Michel Sardou sur l'initiative du directeur artistique de Michel Sardou, Michel Olivier. Depuis longtemps les fans attendaient ce moment. Ce Club n'était pas une industrie Sardou. A but non lucratif, il est dirigé par une équipe de volontaires, car Michel Olivier, débordé par l'énorme quantité de courrier engendrée par la sortie de « La Maladie d'Amour », demande à Serge et Marie Luce de le seconder. Le Club vit grâce à une cotisation annuelle peu onéreuse ouverte à tous les adhérents. Comme tous les bons Club de vedettes, celui de Michel offre une foule d'information sur lui. Chaque année les adhérents reçoivent deux bulletins, puis ce seront des Magazines, plus les bulletins, des photos signées, des affiches, des concerts ou des soirées Fan Club.
1973 a été une année mouvementée pour Michel. Alors que sur le plan professionnel tout lui réussit, il y a eu la rencontre avec Babette, dont il s'éprend éperdument. Dans la maison des bois de Saint-Cucufa son couple avec Françoise bat de l'aile. Quelque chose est rompu. Les invités se font de plus en plus rare, le climat y est ténébreux. Disputes, moments douloureux, la vie de ménage est submergée de tracas. Et malgré la naissance de Cynthia tout change très vite pour le pire.
En juillet-août il est de retour en France pour plusieurs galas. A la kermesse de la bière à Maubeuge, plus de 15.000 personnes se sont déplacées. A Lusignan il réitère le même rassemblement.
En septembre Michel retrouve les studios pour y enregistrer un 33 T, promu disque d'or 3 mois après sa sortie.
En novembre Michel est l'invité de «Discorama », l'émission télévisée culte, animée par Denise Glaser
4 décembre 1973: naissance de Cynthia, seconde fille de Michel et de Françoise.
1974 : 6 janvier, naissance de Romain, premier enfant avec Babette ; musicorama sur europe 1et à l'olympia avec carlos et pierre billon en première partie
concerts exceptionnels à Béziers en aout et à genève, avec johnny hallyday
sortie de Je veux l'épouser pour un soir et La fille aux yeux clairs . Parution aussi de Requin chagrin, un duo avec Mireille Darc.
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:39 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1975
Passage à l'Olympia du 26 décembre 1974 au 2 février 1975 avec Carlos en première partie. 15 chansons dont une totalement inédite, Le temps rétro... Succès complet.
Tournée au Canada en juin.
Tournée d'été en France au mois d'août.
En novembre, Michel Sardou crée Le France qui sera disque de platine. Lors de la tournée, la municipalité du Havre interdit à Michel l'accès au paquebot.
Sortie du disque Un accident.
Parution de l'album en public "Olympia 75".


1976


Parution de l'album "Le monde symphonique de Michel Sardou et Jacques Revaux" dirigé par Jean Claudric, dans lequel Michel Sardou interprète La Marseillaise.
31 janvier: Fernand Sardou, le père de Michel, est foudroyé par une crise cardiaque à l'âge de 66 ans.
4 février: Fernand Sardou est inhumé à Saint-Pierre de Neuilly. Michel assure le gala prévu le soir-même.
La sortie du titre Le temps des colonies, prévue pour mars, est annulée, une radio ayant diffusé la chanson en précisant que c'était pour la première et dernière fois.
Création de M.S. Magazine, mensuel dirigé par Michel Sardou qui publiera cinq numéros (de janvier à mai).
"Je vais t'aimer" est un des tubes de l'été.
14 juillet : Spectacle exceptionnel à Strasbourg devant 150.000 spectateurs. Michel Sardou interprète La Marseillaise accompagné par 100 musiciens et 35 choristes dirigés par Jean Claudric. Le show est retransmis par Europe 1 et FR3.
Parution de Je suis pour en octobre.
26 octobre au 28 novembre : Passage à l'Olympia avec Patrick Sébastien, Afric Simone et Pierre Péchin en première partie. 17 chansons dont J'accuse et Je suis pour. Bruno Coquatrix se frotte les mains : «Sardou, c'est le bonheur des directeurs de théâtre. Avec lui, on ne demande jamais où en est la location. La queue devant les guichets est suffisamment éloquente. Non seulement, on est certain de remplir, mais aussi de refuser du monde chaque soir, qu'il se produise deux semaines ou deux mois».
Tournée française au cours du mois de décembre

1977

18 février: Manifestations à Bruxelles contre la venue de Michel Sardou. Une bombe est retrouvée dans la chaufferie de la salle du Forest National.
5 mars: Violentes manifestations à Toulouse. Affrontements avec les forces de l'ordre.
La tournée de Michel Sardou est régulièrement perturbée par les «Comités anti-Sardou». Le chanteur décide d'annuler les deux dernières dates.
Michel Sardou reçoit le soutien d'Yves Montand, Serge Reggiani, Bernard Lavilliers et Maxime Le Forestier.
17 mai: Michel Sardou explique sa position à propos de Je suis pour dans Le Matin de Paris et parle de son droit d'acteur à interpréter des situations et des personnages.
25 juin: Emission télévisée "Numéro 1" de Maritie et Gilbert Carpentier, sur TF1.
14 octobre : Michel Sardou épouse Elisabeth Haas, dit Babette, en secondes noces, à la mairie de Neuilly. L'union est célébrée par le maire Achille Peretti. Les témoins du marié sont Jacques Revaux et Johnny Hallyday, ceux de la mariée Mort Schuman et René Cleitman. Beaucoup plus médiatique que le premier, ce mariage est retransmis en direct sur Europe 1.
Déjeuner intime avec la famille et les proches, puis grande fiesta à partir de 21 heures à l'Elysée Matignon, toujours en direct sur Europe 1. Les stars sont au rendez-vous : Dalida, Hervé Vilard, Claude François, Alain Delon, Mireille Darc, Pierre Bellemare, Joe Dassin, Mireille Mathieu, Thierry Le Luron, Sylvie Vartan, Patrick Juvet...
25 novembre: Emission télévisée "Pile ou face", de Claude Fléouter et Bernard Bouthier sur TF1. Michel Sardou chante avec Andrex les succès de son père. Sont présents également : Georges Moustaki, Pierre Desproges, Henri Guybet, Eddy Mitchell et Yves Duteil.
Sortie de "La java de Broadway" et de "Dix ans plus tôt".
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:45 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1978

28 janvier: Emission télévisée "Numéro 1" de Maritie et Gilbert Carpentier, sur TF1. Sheila, Mort Shuman, Carlos et Johnny y participent.
Parution, chez Savelli, de "Faut-il brûler Sardou ?", brûlot "anti-Sardou" signé Louis-Jean Calvet et Jean-Claude Klein.
1er juin: Naissance du deuxième fils de Babette et Michel, Davy.
Michel Sardou fait la connaissance de Didier Barbelivien qui devient l'un de ses paroliers réguliers.
Parution de "En chantant" et de "Je vole".
Michel Sardou et Johnny Hallyday descendent le grand canyon du Colorado en canoé durant le mois de juin.
28 octobre au 29 novembre: Palais des Congrès. 20 musiciens et 5 choristes. Effets spéciaux de Bernard Lion. De nouvelles chansons dont 6 900 980 000, nombre statistiquement calculé de terriens en l'an 2000. En final, La java de Broadway.
Parution de "Sardou", biographie réalisée par Charles Sudaka aux éditions Alain Mathieu.
Tournée d'hiver qui passe par la Belgique, l'Allemagne et... Beyrouth.
Parution de "Michel Sardou : Je vole... en chantant", livre écrit par Philippe Dampenon (ed. Gérard Cottreau).
30 décembre : Emission télévisée "Numéro 1" de Maritie et Gilbert Carpentier, sur TF1. Assisté de Jean-Claude Brialy, Michel chante avec Babette Les fiancés du music-hall et la réépouse devant des milliers de téléspectateurs...

1979 : Tournée française pendant l'hiver.


Juin: Emission télévisée "Numéro 1" de Maritie et Gilbert Carpentier, sur TF1.
Sortie d'un double-album en public: "Palais des Congrès".
Michel Sardou participe au Bol d'Or en septembre au Castelet.
20 septembre: Show du Palais des Congrès sur A2.
Décembre: Emission télévisée "Stars d'or".
1980

23 février: Emission télévisée "Numéro 1" sur TF1. Romain chante Qui est Dieu ? avec papa et apparaît en « Pierrot » avec Jean-Claude Brialy. Des invités prestigieux : Lino Ventura, Louis de Funès, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Mireille Darc, Romy Schneider, Serge Gainsbourg. Michel interprète une scène de Guitry avec Françoise Fabian et Jacques François.
Michel Sardou tient le rôle d'Enjolras dans la version discographique de la tragédie musicale "Les Misérables" (cf. A la Volonté du peuple).
Parution de La génération loving-you et de l'album "Victoria".



1981

Michel Sardou chante L'argent sur la bande originale du film de Roger Coggio "Le bourgeois gentilhomme".
Parution de la chanson Les lacs du Connemara et de l'album correspondant.
Février: Palais des Congrès. Avec 20 musiciens et 500 projecteurs, Michel Sardou présente Etre une femme et Le mauvais homme signé Jean-Loup Dabadie.
Sortie du double-album live "Palais des Congrès 81".
Parution du recueil de souvenirs "Les Sardou de père en fils", publié par Fernand Sardou, aux éditions Julliard 1982

16 janvier : Michel Sardou est l'invité d'honneur de la première d'une émission de variétés qui deviendra culte, "Champs-Elysées" sur A2, présentée par Michel Drucker.
Parution de "Afrique adieu" et de l'album "Il était là".
9 mars: "Formule 1 Michel Sardou", Michel Sardou y joue une scène de "La Cage aux folles" avec Jean Poiret. Pierre Mondy en est le réalisateur.
Juin: Michel Sardou chante sur le Foch pour l'émission télévisée "Stars" de Michel Drucker.
26 juin: Michel Sardou reçoit les membres de son fan-club à l'Olympia.
Juillet: Tournage de "L'été de nos quinze ans" signé Marcel Jullian, premier film auquel Michel participe, à Deauville.
18 octobre: Il participe au "Grand Echiquier" de Jacques Chancel, aux côtés de Bernard Blier, Jean-Jacques Annaud et Charles Gérard.
Tournée en novembre-décembre.
8 décembre: Michel est fait Chevalier de Tastevin à Bordeaux.
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:48 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

  1983

14 janvier au 28 février: Palais des Congrès. Un triomphe ! La salle est comble tous les soirs: 26 musiciens et choristes, un immense décor composé de miroirs mobiles. Aux lumières: le maître, Jacques Rouveyrollis. Ce spectacle est marqué par une chanson-hommage à son père Fernand, Il était là, et par le sketch Maman de Jean-Loup Dabadie dans lequel il est apostrophé, de la salle, par sa mère Jackie. Le spectacle est suivi d'une tournée.
2 février: Sortie sur les écrans de "L'été de nos quinze ans" de Marcel Jullian avec Michel Sardou, Alexandra Sterling et Lisa Servier.
Sortie du double-album en public "Vivant 83" et de la première vidéo consacrée à Michel Sardou sur scène.
Avril: Voyage au Mexique.
Septembre: Michel Sardou présente "La dernière séance" sur FR3.
21 octobre: Emission télévisée "Formule 1" avec Jackie Sardou et Thierry Le Luron.
Parution de l'album "Vladimir Ilitch".

1984

Michel Sardou court le Paris-Dakar avec Jean-Pierre Jabouille en janvier. Abandon dans le Ténéré.
12 janvier: Trophées d'Antenne 2. Michel Sardou est le « parrain » des pilotes Alain Prost, René Arnoux, et Patrick Tambay.
Tournée française en février-mars.
Michel "couvre" le tournoi de tennis de Roland-Garros pour le journal France-soir.
1er juin: Guy Job et Michel Parbot présentent sur TF1 le spectacle du Palais des Congrès.
Juin: Sortie du titre Les deux écoles qui provoque une nouvelle polémique. La chanson fait partie de l'album "Io Domenico".
24 juin: Michel Sardou participe aux grandes manifestations pour l'école libre.
Entrée dans le Livre des records avec 1 023 157 exemplaires du disque Les lacs du Connemara publié en 1981.
6 octobre: Spectacle sous chapiteau, réservé aux membres du fan-club, à Levallois-Perret.
Tournée à travers la France qui démarre le 9 octobre à Reims pour se terminer à Lyon le 29 novembre.

1985

Michel court le Paris-Dakar pour la seconde fois. Nouvel abandon.
25 janvier: Emission télévisée "Le jeu de la vérité" de Patrick Sabatier en direct de Megève.
Février: Parution de "Michel Sardou", étude publiée par Claude Klotz, aux éditions Albin Michel.
6 février au 28 mars: Palais des Congrès. Un triomphe ! On joue à guichets fermés tous les soirs, on loue même les marches. Un soir... surprise ! Lino Ventura qui n'a pas prévenu a acheté son billet comme tout le monde... Michel Sardou est très ému de le voir dans la salle. Cette année-là, Michel chante sur scène Vladimir Ilitch... Les lumières sont du fidèle Jacques Rouveyrollis.
10 avril: Diffusion sur TF1 du spectacle du Forest National de Bruxelles (Belgique).
20 mai: Michel Sardou reçoit sa croix de Chevalier des Arts et Lettres.
Parution de "Michel Sardou", livre signé par Florence Michel, aux éditions Seghers.
Michel présente une émission de radio sur RMC à partir du 2 septembre.
30 novembre : Emission télévisée "Super Show" sur A2. Aidé de Michel Blanc pour les enchaînements, Michel Sardou reçoit Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Jean-Jacques Goldman, Paul Young, Coluche, Christophe Lambert, Catherine Lara.
Parution de l'album "Chanteur de jazz".
Sortie du double-album public "Concert 85" et de la vidéo correspondante.
14 décembre: Emission radiophonique sur Europe 1 pour le lancement de l'association de Coluche, les Restos du Coeur. Un marathon de 6 heures d'antenne et, aux côtés de Coluche et Michel Sardou, Johnny Hallyday, Jean-Paul Belmondo, Enrico Macias, Yves Montand, Michel Drucker, Patrick Sébastien...
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:49 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1986

Tournée du 22 février au 29 mars.
Sorties de Musulmanes (et d'un clip signé Philippe Benssoussan), puis de l'album "Musulmanes". La chanson recevra en février 1987 la Victoire de la Musique catégorie Meilleure chanson de l'année.
29 novembre: Emission télévisée "Champs Elysées" de Michel Drucker où Michel Sardou présente son clip Musulmanes.

1987

9 janvier au 1er mars: Palais des Congrès. Pour son dernier Palais des Congrès, Michel Sardou crée 9 nouvelles chansons dont L'acteur et Féminin comme. Jacques Rouveyrollis est aux lumières et Andy Scott au son. C'est un nouveau triomphe, mais Michel va s'attaquer dorénavant à une autre grande salle, Bercy.
4 mars au 12 avril: Tournée.
Sortie de "Cross", film réalisé par Philippe Setbon, avec Michel Sardou, Marie-Anne Chazel et Roland Giraud.
11 décembre: Michel Sardou est producteur et vedette du "Show" de TF1 réalisé par Françoise Boulain. Avec Charles Aznavour, Bernard Blier, Alain Delon, Christian Clavier et Guy Bedos 1988

4 janvier: Emission télévisée "Nulle part ailleurs" sur Canal + présentée par Philippe Gildas.
26 avril: Michel Sardou est fait Chevalier de l'Ordre National du Mérite.
6 juin: Sur une idée de Philippe Chatrier, président de la Fédération Française de Tennis, afin de célébrer le centenaire de la naissance de Roland-Garros, Michel Sardou, un fidèle du tournoi, chante La Marseillaise a capella sur le central, juste avant la finale. A la fin de la prestation, la Patrouille de France déboule au-dessus du stade, en hommage au célèbre aviateur...
Octobre: Parution de l'album "La même eau qui coule".
19 octobre: Lors d'un "Sacrée Soirée", Michel Sardou reçoit deux disques d'or des mains de Jean-Pierre Foucault (pour son dernier album paru 15 jours auparavant).
28 octobre: Emission télévisée "Avis de recherche" de Patrick Sabatier. Classe de quatrième de la pension du Montcel... Qui n'est pas sur la photo de classe ? Michel !
Sortie de "Regards", album de compilation.
31 décembre: Michel Sardou pulvérise le record de l'émission "Stop ou encore" sur RTL avec 88% d'encore... de 9h à 18h non stop.
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:56 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1990

3 février: Michel Sardou reçoit une Victoire de la Musique attribuée pour le plus grand nombre de spectateurs à Bercy et en tournée en 1989.
10 octobre: Sortie de "Promotion canapé", film de Didier Kaminka avec Michel Sardou, Thierry Lhermitte et Grace de Capitani.
Novembre: Parution de l'album "Le privilège".
Décembre: Michel Denisot reçoit Michel Sardou dans son "Zénith", sur Canal +1991

6 janvier: Michel est l'invité de "7/7", l'émission télévisée d'Anne Sinclair sur TF1.
11 janvier au 6 février: Deuxième spectacle à Bercy. Un mois avant le début des représentations, les 12700 places de Bercy affichaient «complet». Du jamais vu !
2 février: Michel Sardou reçoit une Victoire de la Musique, catégorie Meilleur chanteur de l'année 1990.
4 février: Emission télévisée "Nulle part ailleurs" sur Canal + présentée par Philippe Gildas.
13 février au 29 mars: Tournée.
Courte visite au Québec, le temps d'inaugurer une nouvelle salle de spectacle, Le Capitole.
Première diffusion sur Canal + de "L'Irlandaise", téléfilm de José Giovanni avec Michel Sardou, Jean-Michel Dupuis et Thérèse Liotard.


1992

Michel Sardou co-présente avec Eddy Mitchell et Jean-Luc Delarue la cérémonie des Victoires de la Musique 1992. Il y chante deux duos, dont Sur la route de Memphis avec Eddy Mitchell.
6 avril: Parution de l'album "Le bac G" et polémique sur les diplômes "à bon marché" et les "lycées poubelle".
6 avril: Michel Sardou est l'invité de Patrick Poivre d'Arvor au journal de 20 heures, puis de Michel Drucker à "Stars 90", sur TF1.
Avril-mai-juin: Emissions télévisées "Nulle part ailleurs" sur Canal + présentée par Philippe Gildas (16 avril), "Sacrée Soirée" sur TF1 présentée par Jean-Pierre Foucault (13 mai) et "Tous à la une" sur TF1 présentée par Patrick Sabatier (19 juin).
18 septembre: "Music Stars" de Michel Drucker sur TF1, interview télévisée filmée à Miami (Floride).
26 octobre: Michel Sardou dévoile en exclusivité son nouveau clip Le cinéma d'Audiard au journal de 20h de France 2 présenté par Paul Amar.
Parution de "Michel Sardou passionnément", livre signé Catherine et Michel Rouchon, éditions Rouchon.



1993

10 janvier: "7/7". Michel Sardou retrouve Anne Sinclair dans cette émission d'actualité de TF1. Pour lui, Giscard c'est Terminator 2. Il choisit Chirac !...
19 janvier au 8 février: Troisième spectacle à Bercy. Complet ! Toujours Jacques Rouveyrollis aux lumières, décor théâtre avec lustres à l'ancienne, ambiance chaleur rouge, projecteurs grenats et blancs. Michel Sardou termine par un hommage à son père en chantant, coiffé du même chapeau que lui, assis dans un fauteuil, Aujourd'hui peut-être.
13 février au 24 avril: Tournée.
19 et 20 juin: Participation au spectacle que donne Johnny Hallyday au Parc des Princes pour ses cinquante ans. Michel Sardou et Johnny Hallyday chantent en duo L'envie.
30 juin au 18 août: Tournée d'été. Du jamais vu à Dinard : Michel Sardou y chante devant 65.000 personnes debout. Une expérience inoubliable.
Août: Parution de "Michel Sardou", biographie écrite par Thierry Séchan et Hugues Royer, aux éditions du Rocher.




1994 



Parution de la deuxième intégrale, "Michel Sardou : Intégrale 1965-1994". 15 CD, 269 titres, plus de 16 heures de musique, des photos et documents inédits. Michel Sardou, qui n'a pas participé à l'élaboration de cette intégrale, n'en est pas satisfait. L'intégrale ne sera commercialisée que pendant la seule année 1994.
Parution de l'album "Selon que vous serez, etc., etc.".
23 février: Emission télévisée "Coucou c'est nous" sur TF1 présentée par Christophe Dechavanne.
5 mars: Diffusion dans "Surprise sur prise" sur France 2 du "gag de l'ascenseur" où Michel Sardou se fait piéger par le comique canadien Marcel Béliveau.
18 avril : Emission télévisée "Stars 90" sur TF1 présentée par Michel Drucker.
1er mai : Michel Sardou participe à l'émission musicale "Taratata" sur France 2 présentée par Nagui. Il chante Comme d'habitude en duo avec Khaled.
5 septembre : Participation de Michel Sardou (aux côtés de Guy Bedos) à la première de la nouvelle émission de Michel Drucker, "Studio Gabriel" sur France 2.
Mi-septembre : Sortie d'une vidéo consacrée à l'enregistrement des titres de l'album "Selon que vous serez, etc., etc.".
2 octobre : "Fréquenstar" sur M6, émission présentée par Laurent Boyer.
Décembre : Parution de "Les Sardou, une dynastie", biographie écrite par Sylvie Maquelle, aux éditions Hachette-Carrère.
22 décembre : Soirée spéciale Michel Sardou sur TF1. Co-présentation avec Jean-Claude Brialy. Duos avec Johnny Hallyday, Patrick Bruel, Marie Carmen ; dialogue chanté et parlé avec Jacques Weber ; un sketche avec Guy Bedos...
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 10:57 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1995

10 janvier au 26 mars, 11 au 30 avril, puis prolongations jusqu'au 10 juin: Spectacle à l'Olympia, salle maintenant dirigée par Paulette et Patricia Coquatrix, femme et fille de Bruno. Les premières parties se font par quinzaine et permettent à de jeunes talents de s'exprimer : Renaud Hantson, Buzy, Tanya, Stephend, Marie Carmen, Caro... Pour le show de Michel Sardou, 20 personnes sur scène dont 6 choristes et 6 violonistes.
10 juin: Pour sa dernière à l'Olympia, un accueil en forme de standing ovation interminable. Les cadeaux s'accumulent sur scène après la dernière chanson. Plus tard, dîner aux chandelles devant la salle vide, avec les amis... Avec 113 représentations à guichets fermés, Michel Sardou bat le record de la salle.
Été: Le Club Michel Sardou ferme ses portes. Michel souhaite se consacrer à d'autres activités... dont le théâtre.
Novembre: A Bruxelles, Michel Sardou présente la troisième intégrale, "Intégrale 1965-1995". 16 CD plus un livre de bord. Une intégrale à laquelle il a collaboré, il en a même écrit la préface.


1997

Parution de l'album "Salut".
Octobre: Création du site internet Michel Sardou Home Page / Sardou.com à l'initiative d'anciens membres du Club M.S. (En savoir plus).
Octobre: "Salut", show télévisé de Gérard Louvin sur TF1. Duos avec Florent Pagny, Patricia Kaas, Lara Fabian, Patrick Bruel. Sketches avec Grace de Capitani, Jean-Claude Brialy, Michel Leeb, Jackie Sardou...


1998

13 janvier à fin février: Spectacle à Bercy.
Mars: Création de la liste de discussion Sardou, lieu privilégié d'échanges entre fans (En savoir plus).
2 avril: Décès de Jackie Sardou, mère de Michel Sardou, à 78 ans. Née Jacqueline Labbé, son nom de scène en début de carrière était Jackie Rollin. Elle adopta ensuite le nom Sardou en hommage à son mari décédé, Fernand Sardou.
Le lendemain du décès, Michel Sardou décide de ne pas annuler son récital au Zénith de Nancy: «Le plus bel hommage que je pouvais rendre à ma mère, c'était de chanter le mieux possible».
6 avril: Pour la bénédiction dans l'église Saint-Pierre de Neuilly, Michel Sardou a fait venir de Provence l'abbé Rey qui avait jadis uni Jackie à Fernand, son mari, mort 22 ans plus tôt dans les coulisses d'un théâtre toulonnais.
16 avril: "Envoyé Spécial" sur France 2. Diffusion de "Sardou d'un bout à l'autre", un reportage signé Bruno Roger Petit, Pascal Caron et Philippe Jacque (En savoir plus).
19 mai: Sortie de la vidéo "Bercy 98".
20 juin: Diffusion sur TF1 du concert "Olympia 95".
26 et 27 juin: Concerts au Canada.
Juillet-août: Tournée d'été.
15 septembre: La MS Home Page déménage à l'adresse http://www.sardou.com et devient "Sardou.com".
15 septembre: Sortie du CD "Bercy 98" avec un titre inédit : Qu'est-ce que j'aurais fait moi ?
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Revenir en haut
l'anatole
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2010
Messages: 151
Localisation: auvergne

MessagePosté le: Mar 5 Jan - 11:00 (2010)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours Répondre en citant

1999

20 février: Michel Sardou reçoit une Victoire de la Musique attribuée pour le plus grand nombre de spectateurs à Bercy et en tournée en 1998 (plus de 560 000 !).
14 septembre au 31 décembre: Michel Sardou joue, aux côtés de Marie-Anne Chazel, une pièce américaine de Neil Simon, "Comédie Privée", adaptée par Jean-Loup Dabadie (théâtre du Gymnase Marie-Bell à Paris).
11 octobre: Michel Sardou se marie avec Anne-Marie Périer à la mairie de Neuilly-sur-Seine. Les témoins du marié sont Maryse Gildas, Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Pour la soirée de mariage, Azzedine Alaïa, le prince de la haute couture, offre son somptueux show-room sous verrière de la rue de Moussy, à Paris. Cet endroit où il présente habituellement ses collections accueille ce soir-là une centaine d'invités dont le président Jacques Chirac.
31 décembre: Emission télévisée "Soirée Millenium" sur TF1. 4 titres interprétés : La Java de Broadway, Etre une femme, Je vais t'aimer, Comme d'habitude.


2000

23 mai: Sortie du single Cette chanson là / L'avenir c'est toujours pour demain, écrit par Michel Sardou sur une musique de Michel Fugain. Le clip de Cette chanson-là est réalisé par Jean-Marie Périer, frère d'Anne-Marie et photographe vedette des sixties.
27 mai: Emission télévisée "Tapis rouge à Roland Garros" sur France 2, présentée par Michel Drucker.
10 septembre: Emission télévisée "Sept à huit" sur TF1. Michel Sardou est l'invité de la première de cette émission d'actualité présentée par Laurence Ferrari et Thomas Hugues.
12 septembre: Sortie de l'album "Français", réalisé par Michel Fugain.
23 septembre: Emission télévisée "Sardou 2001" sur TF1, Jean-Pierre Foucault consacre une soirée exceptionnelle à Michel Sardou, à l'occasion de la sortie de son nouvel album.
29 octobre: Michel Sardou est l'invité des 2 émissions du dimanche après-midi de France 2 ("Vivement dimanche" et "Vivement dimanche prochain"), présentées par Michel Drucker.


2001

9 janvier: Emission télévisée "Fréquenstar" sur M6, présentée par Laurent Boyer.
12 au 28 janvier: Spectacle à Bercy.
Février-mai: Tournée en France, Suisse et Belgique.
17 avril: Sortie du double CD "Bercy 2001"
9 mai: Sortie de la vidéo "Bercy 2001"
Juin: Michel Sardou rachète le Théâtre de la Porte Saint-Martin, 16 boulevard Saint-Martin (Paris 10è). Il en devient le nouveau directeur. Cette célèbre salle privée de 1.000 places, située entre la Porte Saint-Martin et la place de la République et où fut créée en 1897 le "Cyrano de Bergerac" de Rostand, était dirigée par la famille Regnier depuis 1949. Max Regnier (directeur jusqu'en 1969) avait cédé sa place à Hélène et Bernard Regnier.


2002

Mars-juin: Avant la saison parisienne, Michel Sardou présente sa troisième pièce, "L'homme en question", au cours d'une tournée théâtrale passant par la France, la Suisse et la Belgique. Cette pièce de Félicien Marceau est mise en scène par Jean-Luc Tardieu. On retrouve dans la distribution le fils de Michel, Davy.
15 mai: Pour la première fois en DVD, TF1 Vidéo publie dans un même coffret les concerts de 1983, 1985 et 1987.
Septembre: Début des représentations de la pièce "L'homme en question" au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.
7 octobre: Sortie d'une compilation de 2 CD "Intégrale Barclay" rassemblant les premiers titres de Michel Sardou (1965-1969).
15 octobre: Le fils de Michel Sardou, Romain, publie son premier roman "Pardonnez nos offenses" chez XO Editions.
7 novembre: Sortie chez TF1 Vidéo du coffret DVD volume 2 avec les concerts 1991, 1993 et 1995.


2003

Avril: Tournage du téléfilm "Le prix de l'honneur", coproduit par la société de Franco Dragone, Drago Films, et par TF1. Michel Sardou y joue le rôle d'un colonel dans une école militaire confronté à la mort suspecte d'une élève. Avec une autorisation ministérielle, les caméras tournent dans trois sites militaires belges (école d'Etterbeek, Marches-les-Dames, Tervuren). Autour de Michel Sardou et d'Alexandra Vandernoot, 300 figurants dont la plus grosse part est constituée d'élèves de l'Ecole royale militaire...
3 novembre: Rééditions en DVD des vidéos Sardou en Clips et Selon que vous serez chez Trema.
17 novembre: Sortie chez Trema de la compilation "MS", qui rassemble 39 chansons de Michel Sardou.
24 novembre: Diffusion sur TF1 du téléfilm "Le Prix de l'honneur", avec Michel Sardou et Alexandra Vandernoot. Le téléfilm dope l'audience et bat tous les autres programmes avec 8,5 millions de téléspectateurs !


2004

10 janvier: Emission télévisée "Vos français de coeur" sur France 2, à l'occasion de la sortie du classement des cinquante personnalités les plus appréciées des français dans le Journal du Dimanche. Zinedine Zidane (26%) et Michel Sardou (25%) occupent les deux premières places du classement.
30 janvier au 2 février: Concerts des Enfoirés (au profit de l'association des Restaurants du Coeur) à Toulouse les 30 janvier à 21h, 31 janvier à 21h, 1er février à 17h et 21h (2 concerts), et 2 février à 21h. L'album et le DVD Enfoirés dans l'espace, publiés le 6 mars 2004, comprennent l'intégrale de ce concert.
3 mars : Sortie de l'album "Du plaisir" chez AZ (disques Universal Music). Il comprend notamment un duo avec Garou, La rivière de notre enfance.
10 août: Sortie chez ULM de la compilation "Michel Sardou", collection Les talents du siècle, qui rassemble 16 chansons de Michel Sardou.
Octobre - décembre: Tournée 2004-2005 en France, Suisse et Belgique ; elle démarre le 1er octobre à Toulon.
5 octobre: Sortie en DVD de la pièce "L'homme en question" (avec Michel Sardou, Brigitte Fossey, Davy Sardou...), incluant un making-of de 20 mn.
6 octobre: Première de la pièce "Copier / Coller" au Théâtre Michel à Paris, avec Davy Sardou.
6 octobre au 13 novembre: Spectacle à l'Olympia.
15 novembre: Le fils de Michel Sardou, Romain, publie son deuxième roman "L'éclat de Dieu" chez XO Editions. Romain Sardou entraîne le lecteur sur la route des croisades entre 1099 et 1499.
15 novembre: Sortie chez Columbia du single La Rivière de notre enfance, le duo de Michel Sardou et Garou.
22 novembre: Sortie de la compilation Anthologie chez Universal Music.
Décembre: Sortie aux éditions Rouchon, collection Talents, de la biographie "Sardou", par Stéphanie Anne Euranie.


2005

Janvier - novembre: Suite de la tournée 2004-2005.
3 au 20 février: Spectacle au Palais des Sports de Paris.
7 et 8 février: Sortie des deux compilations "Master Serie - Volume 1" et "Master Serie - Volume 2" chez ULM (disques Universal Music), avec pour chacune une sélection de 16 des meilleurs titres de M. Sardou.
31 mai: Michel Sardou reçoit un disque de diamant récompensant le million d'exemplaire vendus de l'album "Du plaisir". L'évènement a lieu à la Maison du Danemark sur les Champs Elysées, en présence d'Anne-Marie, Eddy Mitchell et son épouse, Marc Lévy, Mathilde Seigner, Pascal Nègre et Jean-Claude Camus.
17 octobre: Sortie du double CD "Palais des Sports 2005" et de la vidéo.
7 novembre: Le fils de Michel Sardou, Romain, publie son troisième roman "Une seconde avant Noël" chez XO Editions. Romain Sardou raconte l'enfance du petit Harold, un petit orphelin promis à un destin fantastique... celui du Père Noël.


2006

27 mai: Concerts des Enfants de la Terre au Zénith de Paris, avec deux séances à 15h00 et 20h30. Pour soutenir l'association du même nom, Michel Sardou participe aux deux concerts organisés par Yannick Noah, aux côtés de Disiz la peste, Assia, Jenifer, Chimène Badi, Julie Zenatti, Nicolas Peyrac, Jacques Veneruso, Jean-Jacques Goldman, Annie Cordy, Patrick Fiori, Gérald de Palmas, Francis Cabrel, Emma Daumas, Laurent Voulzy... Il chante Les Lacs du Connemara et, en duo avec Yannick Noah, La java de Broadway.
13 septembre: Première diffusion radio de la chanson Beethoven.
14 septembre: Sortie de "Personne n'y échappera" chez XO Editions, quatrième roman de Romain Sardou.
11 octobre: Première de la pièce "Arsenic et vieilles dentelles", avec Davy Sardou.
13 novembre: Sortie de l'album "Hors format" chez AZ (disques Universal Music). Premier album au format double de Michel Sardou, il comprend notamment le titre Beethoven. Trois éditions mises en vente : CD digipack, CD collector numéroté avec livre de 52 pages, et K7.
20 novembre : Sortie de la compilation "Les cent plus belles chansons" chez Universal, un coffret de cinq CD.
Novembre: Sortie de "Sauver Noël" chez XO Editions, cinquième roman de Romain Sardou.


2006 : sortie de son album Hors format avec 23 chansons inédites ! cet album surprend tout le monde y compris ses fans !  on y trouve quelques chefs d'oeuvre, inconnus du grand public ! aucune promotion télé pas plus que radio pour cet album  ! s'ensuit une tournée en 2007 qui le mènera partout en france, belgique et suisse !! à l'occasion de ses 40 ans de carrière, il fait trois concerts exceptionnels à l'olympia à l'issue duquel il annonce qu'il ne fera plus ni de grandes tournées ni de grandes salles, au déssaroi du public !



en 2008, il remonte sur les planches, au théatres des variétés avec Secret de famille, une pièce de Eric Assous ! grand succès public et critique ! chose rare pour le signaler ... la pièce se prolonge donc jusqu'en avril 2009 et s'ensuit une tournée à l'automne 2009 ! le public sardouien est toujours là !

janvier 2010 : il annonce sur son site officiel qu'il va enregistrer les maquette de son nouvel album : 17 maquettes, mais visiblement il ne restera que 11 chansons  au final !! tous ses textes écrits par lui ! concernant les compositeurs il garde vénéruso, daran et kapler (le frère de jjgoldman) et nous annonce qu'il y aura des nouveautés !

ce nouvel album devrait sortir à l'automne 2010 et la tournée débuterait en janvier 2011 avec un mois à l'olympia !! le rêve de tous les fans !!



en mai 2009 sort l'autobiographie de michel !  une biographie bien évidement à la façon sardouienne, mais ceux qui ne le connaissent pas seraient surpris de ce qu'il écrit ... ce livre connait un beau succès ! là aussi la critique est très positive envers michel ! ça fait plaisir !
_________________
Je n'ai pas d'ennemis, je n'aime pas les cons, c'est tout !


Dernière édition par l'anatole le Mar 5 Jan - 19:36 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:24 (2016)    Sujet du message: Michel Sardou de 1947 à nos jours

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les copains d'abord Index du Forum >>> Génération 70 >>> Les grands noms des années 70 >>> SARDOU Michel Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo