Les copains d'abord Index du Forum Les copains d'abord
Brel, Brassens, Ferré et tous les autres......
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Jean-Jacques GOLDMAN

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les copains d'abord Index du Forum >>> Génération 70 >>> Autres artistes des années 70
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danièle
Membre inscrit


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2009
Messages: 205
Localisation: Metz

MessagePosté le: Dim 3 Jan - 19:29 (2010)    Sujet du message: Jean-Jacques GOLDMAN Répondre en citant


 
Jean-Jacques Goldman est né le 11 octobre 1951 à Paris 19e, troisième d'une famille juive de quatre enfants. Sa mère, Ruth Ambrunn, est née à Munich (Allemagne) ; son père, Alter Mojze Goldman, est né à Lublin (Pologne), et a participé à la Résistance française[1]. Son frère cadet Robert est auteur-compositeur, et sa sœur Evelyne est médecin. Il avait également un demi-frère, Pierre Goldman, militant d'extrême gauche, auteur de plusieurs braquages, assassiné en 1979.
Bachelier en 1969, Jean-Jacques Goldman a poursuivi ses études et intégré l'Edhec à Lille, dont il est sorti en 1973. Avec son frère Robert, qui est d'ailleurs devenu son manager, il a fondé la maison de production JRG.
Jean-Jacques Goldman s'est marié en 1975 avec Catherine, psychologue, avec qui il a trois enfants : Caroline, Michael, Nina. Michael Goldman deviendra en 2007 le co-fondateur du label My Major Company.
Divorcé en 1997, il s'est remarié en 2001 avec Nathalie, agrégée et docteur en mathématiques, avec qui il a trois filles : Maya, Kimi, Rose.
Carrière  Les Red Mountain Gospellers 
Jean-Jacques Goldman jouait du clavier depuis l'âge de sept ans environ. A 14 ans (en 1965), un camarade du lycée, qui joue du blues à la guitare, lui propose de le rejoindre dans un groupe de gospel, qui joue et chante dans une église où il y a un orgue électrique (ce qui était extrêmement rare à cette époque) ; Jean-Jacques Goldman les rejoint alors, en tant qu'organiste.
Comme ce groupe avait beaucoup de succès et faisait le plein dans l'église où ils jouaient (l'église Saint-Joseph de Montrouge), en 1966 le prêtre (le père Dufourmantelle) leur propose d'enregistrer un petit disque sous le nom des « Red Mountain Gospellers », autrement dit « les chanteurs de gospel de Montrouge » (Red Mountain étant la transcription en anglais de Montrouge).
Ce groupe permet à Jean-Jacques Goldman de faire ses premiers pas dans un studio d'enregistrement puisqu'il va enregistrer un premier 45 tours de gospel sur lequel il joue de l'harmonica, de la guitare et de l'orgue. La formation est composée de 9 musiciens (guitariste-chanteur, harmoniciste, bassiste, batteur, 3 choristes). L'album studio, intitulé Negro spirituals, comporte trois titres : Nobody knows, Colours et Go down moses (les deux derniers étant écrits par Harry Thacker Burleigh).
Liens externes :
The Phalanster 
Après l'expérience du groupe Red Mountain Gospellers vient celle de The Phalanster. Jean-Jacques Goldman découvre ce qui sera sa grande révélation musicale, Aretha Franklin et son célèbre tube soul Think. En 1968, il abandonne ses études de musique classique et il apprend la guitare.
The Phalanster est une formation quasi-professionnelle qui va beaucoup tourner dans la petite couronne parisienne. Elle est composée de Jean à la batterie, Paul Ferrette à la basse, Christian et Alex Gibson. Le nom du groupe fait référence aux théories utopistes de Charles Fourier, philosophe et économiste français (1772-1837).
C'est au cours de cette période que Jean-Jacques Goldman s'impose par ses qualités, sa volonté et son sens de l'organisation. Les groupes The Phalanster et Présence (Daniel Balavoine) étaient produits par le même producteur. En 1970, The Phalanster est vainqueur du tremplin du Golf Drouot.
En 1969, Jean-Jacques Goldman obtient un bac D au Lycée François Villon (Paris, 14e) ; il fait ensuite une prépa HEC, puis est de 1970 à 1973 élève de l'Edhec de Lille. Après son départ à Lille, Jean-Pierre Bucolo le remplace dans le groupe. Deux des anciens membres du groupe (les frères Christian et Alex Gibson) feront partie des Gibson Brothers, groupe disco qui connaîtra un gros succès dans les années 1979-1980.
Sources :
Taï Phong [
Jean-Jacques Goldman commence sa carrière au sein du groupe Taï Phong en 1975. Au départ, il ne devait pas chanter avec le groupe, mais il a remplacé le chanteur, qui était malade. Le succès est bientôt au rendez-vous avec la chanson Sister Jane, mixée par Andy Scott, tirée du premier album du groupe. En 1978, Goldman ne souhaite pas participer à une tournée de Taï Phong, c’est un nouveau qui débarque pour le remplacer : Michael Jones. Il sort en revanche un troisième 45T en solo avec Laëtitia et Back To The City Again.
Il suffira d'un signe 
Il suffira d’un signe, et c’est ce signe qui sort sur un album, qui aurait pu s’appeler Démodé mais qui restera sans nom (pas assez commercial selon la maison de disque), en 1981. C’est avec ce titre que Jean-Jacques Goldman commence à connaître le succès. le 2eme extrait "Quelque chose de bizarre" sera toutefois un échec commercial.
Après cette réussite, sa maison de disque, Epic, le presse de sortir un autre album, toujours sans nom avec des titres comme Quand la musique est bonne, Comme toi, Au bout de mes rêves ou encore Je ne vous parlerai pas d’elle.
Quand la musique est bonne 
Après les tubes de l’album, rebaptisé officieusement par certains Quand la musique est bonne, avec ses 200 000 exemplaires vendus (un autre titre officieux existe : Minoritaire, mais lui aussi refusé par la maison de disque car pas assez positif), Jean-Jacques continue et donne enfin un titre officiel à son troisième disque : Positif (réaction au refus des noms des deux premiers albums par la maison de disque).
Pour sa tournée, l’auteur/compositeur/interprète fait appel à un musicien qu’il connaît : Michael Jones. C’est à partir de ce moment que la complicité entre les deux artistes commence réellement alors que les deux se connaissaient depuis les années Taï Phong. En effet, Goldman ne voulait pas quitter son travail pour partir en tournée avec le groupe et c'est Jones qui l'a remplacé après les auditions.
Je te donne 
En 1985, Je marche seul est la chanson qui annonce un nouvel album : Non homologué. Cet album contient un duo français/anglais avec Michael Jones : Je te donne, qui reste huit semaines au sommet du top 50. L'album Non homologué contient également le tube Pas toi que Goldman a hésité à sortir en single, compte tenu du succès phénoménal de l'album. Le titre figurera dans les cinq premières places du top 50. Cet album sera joué en tournée et entrainera la sortie du 1er album live de l'artiste dont le single La vie par procuration s'imposera comme le premier titre live à atteindre le sommet du top 50.
Entre gris clair et gris foncé 
En 1987, Jean-Jacques sort Entre gris clair et gris foncé avec des titres comme Elle a fait un bébé toute seule, Puisque tu pars, Là-bas (en duo avec Sirima). Ce double album contient notamment des chansons écrites depuis le milieu des années 1970.
C'est aussi pour cet album que la rencontre avec Carole Fredericks se produit : elle prête sa voix, alors uniquement de choriste, sur le premier titre du double vinyle ((intro) À quoi tu sers) ainsi que sur Quelque part, quelqu'un.
Fredericks Goldman Jones 
Article détaillé : Fredericks Goldman Jones.
Suite à la tournée Entre gris clair et gris foncé au cours de laquelle Jean-Jacques Goldman met en avant ses musiciens, lors de la création de l'album suivant, ce sont des chansons à plusieurs voix qui s'imposent naturellement. En 1990, débute une nouvelle phase dans la carrière de l'artiste. Il s'entoure en effet de ses amis Carole Fredericks (chanteuse qui avait déjà accompagné de nombreux artistes, dont Goldman lui-même, en tant que choriste) et Michael Jones. Ils signent un premier album à leurs noms : Fredericks Goldman Jones, qui devient par extension le nom du trio. Le titre initial envisagé était Récréation, à entendre sous la sonorité « Re-création ».
En 1993, paraît l'album Rouge. Le trio profite de la chute du rideau de fer pour aller enregistrer une partie de son album à Moscou.
Les tournées du trio Fredericks Goldman Jones alternent des concerts avec plusieurs milliers de personnes au Zénith et seulement une petite centaine dans des salles de province. Le live qui suivra cette deuxième tournée du groupe donnera naissance à l'album Du New Morning au Zénith qui retrace les ambiances bien différentes des spectacles.
En passant 
En 1997, Goldman revient à des mélodies brutes, acoustiques et blues. Son nouvel album en solo, En passant, connaît un succès retentissant avec des chansons comme On ira, Nos mains, Bonne idée.
Cet album est résolument intimiste. Il traite en partie de la mort (On Ira, En passant) et d'amour (Sache que je, Quand tu danses, Les murailles). On y retrouve quelques allusions personnelles (rares chez Goldman) comme dans Les Murailles ou Quand tu danses.
Chansons pour les pieds]
En 2001, Jean-Jacques se veut musicien pour les pieds (en d'autres termes, un auteur de chansons faites pour danser) avec des succès comme Ensemble et Tournent les violons. L'album acoustique aux percussions plus recherchées qu'était En passant fait place à un CD très simple musicalement, mais avec des arrangements différents à chaque chanson, chaque nouvelle danse. Zouk, gigue, disco côtoient les traditionnelles ballades « goldmaniennes ».
En 2002, il rappelle sa troupe de musiciens pour ce qui est sa dernière tournée en date. On retrouve sur scène les musiciens de toujours, Michael Jones (guitares) et Claude Le Péron (basse) mais également Christophe Nègre (Saxophone-Flûtes), Jacky Mascarel (claviers), Christophe Deschamps (batteur) et Andy Scott (à la console de son). Il s'agit de la même formation que lors de la tournée En passant en 1998-1999.


Soutien aux œuvres humanitaires 
Goldman a depuis longtemps mis son talent au profit d'œuvres humanitaires. On note notamment la participation au collectif pour les enfants d'Éthiopie (sous la direction de Daniel Balavoine et Renaud) et imposera à Renaud une modification du texte, les Restos du Cœur (pour lequel il compose la célèbre chanson des Restos), "Dernier matin d'Asie" (collectif Sampan) en faveur des boat people, Sidaction, Solidarité Asie, Solidarité inondation, etc.
Il est encore aujourd'hui l'une des personnes importantes des actions annuelles des Restos du Cœur. Jean-Jacques Goldman est l'initiateur et l'un des organisateurs de la soirée des Restos du Cœur qui rencontre chaque année un succès colossal et qui constitue 20 % (vente CD/DVD incluse) des recettes annuelles de l'association[2].


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Dim 3 Jan - 19:29 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les copains d'abord Index du Forum >>> Génération 70 >>> Autres artistes des années 70 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo